A-Finistere.jpgA-Groupama-logo.jpgB-lelelegramme.jpgBrest.jpgCA.jpgEven-groupe  logo 100X100.jpgF-Bleu-BreizhIzel-Filet.gifFrance3.jpgLeclerc.jpgOuestFrance.jpgPLCL.jpgPaysAbers.jpgTanguy.jpglogo---region-Bretagne-noir-90X90.JPGlogo-BreizhPunishers.jpglogo-kervran.jpglogo-leadermat.jpglogo-pichon.jpglogo-sport-b.jpgtrecobat-logo.jpg
INFORMATIONS
: Tous nos remerciements aux partenaires, aux bénévoles et à toutes les autres personnes qui ont contribué à la réussite sportive et populaire du cyclo-cross du 9 décembre, nous vous donnons rendez-vous à l’année prochaine…

Lanarvily - Tony Périou, saison décisive

le .

Après Lanarvily dimanche, lieu de son plus beau sacre en 2017, Tony Périou rentrera dans le vif de sa saison aux championnats de Bretagne. Les résultats qui suivront, jusqu’en février, détermineront son avenir dans le vélo.

Une 4e place en Espagne début octobre, une victoire à Auray quelques semaines plus tard, une autre à Landerneau dimanche,… Tony Périou n’a pas perdu de temps dans ce qui est, peut-être, la saison de cyclo-cross la plus importante de sa carrière.

Pourtant, tout n’avait pas commencé comme il l’espérait avec une non-sélection pour les championnats d’Europe, puis un petit accident il y a un peu moins d’un mois. « J’ai terminé 21de la deuxième manche de Coupe de France, à Pierric (Loire-Atlantique). C’était un jour sans, où je n’avais vraiment pas de jambes, explique le Nord-Finistérien. Là, je suis monté crescendo avant le cyclo de Cruguel samedi, et celui de Lanarvily dimanche ».

Lanarvily, là même où il avait été sacré champion de France espoirs 2017, à quelques kilomètres de sa ville : Plabennec. « C’est un souvenir qui restera gravé à jamais. Quand je vais retourner sur le circuit, je serai bien motivé, surtout que je connais tout le monde là-bas ».

Dimanche, le licencié du VCP Loudéac prendra, cette fois, le départ de la course élites, pour sa deuxième année dans la catégorie. Steve Chainel, champion de France 2018, Antoine Benoist, troisième des championnats d’Europe… Sacré changement de braquet, quand on regarde le plateau, mais aussi d’objectif pour Tony Périou. « Ça n’a quand même rien à voir, ils sont un ton au-dessus, évalue-t-il. Après, on ne sait jamais, sur un coup de force… Si je fais un top 5, je serais bien content (sourire) ».


Un choix crucial en fin de saison


Peu importe son résultat, le coureur de 23 ans y voit surtout une bonne préparation, sur « un circuit physique », pour atteindre son objectif principal, cette saison : devenir champion de Bretagne, dimanche 16 décembre, à Camors (Morbihan). « Cet après-midi (mercredi), je vais là-bas pour reconnaître le circuit, que j’ai toujours bien aimé. J’espère être dans ma meilleure forme le jour J, parce qu’on devrait se livrer un beau duel avec Matthieu Boulo, le champion de Bretagne sortant ».

Derrière, Tony Périou aimerait participer à deux manches de Coupe du monde avec l’équipe de France, en Belgique (à Namur et Heusden-Zolder, les 23 et 26 décembre). Le Plabennecois espère aussi terminer dans le top 10 de la Coupe de France, qui se termine à Flamanville le 30 décembre, et du championnat hexagonal, à Besançon le 30 janvier.

Ensuite ? « J’aimerais arrêter le boulot pour ne faire que du cyclo. Mais, est-ce que j’ai le niveau pour passer au-dessus ? Je n’en suis pas certain, estime le Nord-Finistérien. Ce sera en fonction de mes résultats, mais ce n’est pas avec des tops 10 que je vais pouvoir aller plus haut. A la fin de la saison, je ferai mon choix ».

Tony Périou travaille, actuellement à mi-temps, à l’usine Goasduff de Plabennec… qui avait employé un certain Christophe Kerbrat, aujourd’hui footballeur pro à Guingamp. Un clin d’œil du destin ?


Article Le Télégramme 6/12/2018