A-Finistere.jpgA-Groupama-logo.jpgB-lelelegramme.jpgBrest.jpgCA.jpgEven-groupe  logo 100X100.jpgF-Bleu-BreizhIzel-Filet.gifFrance3.jpgLeclerc.jpgOuestFrance.jpgPLCL.jpgPaysAbers.jpgTanguy.jpglogo---region-Bretagne-noir-90X90.JPGlogo-BreizhPunishers.jpglogo-kervran.jpglogo-leadermat.jpglogo-pichon.jpglogo-sport-b.jpgtrecobat-logo.jpg
INFORMATIONS
: Tous nos remerciements aux partenaires, aux bénévoles et à toutes les autres personnes qui ont contribué à la réussite sportive et populaire des championnats de France des 7 et 8 janvier. N’hésitez pas à consulter les nombreux articles de presse et les photos relatifs à cet évènement exceptionnel !  

Les ambitions des Bretons

le .

Trente-quatre Bretons, en comptabilisant les «routiers» et les «exilés», s'aligneront au départ des championnats de France, samedi et dimanche, à Lanarvily. Matthieu Boulo, sacré dans la catégorie espoirs l'an dernier à Liévin, en sera à nouveau le porte-drapeau. Revue d'effectif.


ELITES.

LE CORRE VISE LE TOP 5. Revenu à son meilleur niveau (ou presque) après le grave accident de la circulation dont il a été victime en décembre2009, Florian Le Corre sera plus ambitieux que jamais dans la vallée du Mingant. Septième des deux premières manches du Challenge national (à Saverne et Miramas), le vice-champion de Bretagne (désormais professionnel à Roubaix) espère ainsi améliorer son score de deux unités en Finistère-Nord. «Je pense que le top 5 est jouable», confie celui qui s'était classé 4edes championnats de France espoirs 2007 à Lanarvily. Les sept autres représentants bretons, si l'on se réfère au baromètre du Challenge, devraient se situer au-delà de la 20eplace. [

ESPOIRS.
TOUT DÉSIGNE BOULO! Le maillot bleu-blanc-rouge, la Marseillaise et les honneurs, sauf accident, ne devraient pas échapper à Matthieu Boulo chez les espoirs. Déjà titré à Liévin devant le futur champion du monde de la catégorie (Arnaud Jouffroy), l'an passé, le Morbihannais de Sulniac paraît beaucoup plus fort encore et comme ce même Jouffroy a déclaré forfait, personne ne semble en mesure de rivaliser avec lui (voir ci-dessous). Maintenant, tant que la ligne d'arrivée n'est pas franchie... Miguel Fillaut, le champion de Bretagne, quant à lui, a probablement le «top dix» dans les jambes.

JUNIORS.
LE GUELLEC RêVE DE PODIUM. Intouchable en Bretagne depuis l'ouverture, Flavian Le Guellec rêve de mettre un ruban sur sa saison hivernale à l'occasion des championnats de France. Cinquième de la finale du Challenge national à Saint-Jean-de-Monts, le Sud-Finistérien a les arguments pour faire encore mieux à Lanarvily. Comme Matthieu Boulo en 2007 (3e), il peut même poser le pied sur le podium. Ses camarades de promo observeront cela à distance.

CADETS.
RICHEUX COMME à SAVERNE? Le neveu de Jean-Michel Richeux (dernier champion de France breton de la catégorie reine, en1971 et1972) devrait être la meilleure carte «gwenn-ha-du» de la catégorie. Florian Richeux (le fils de Didier) a effectivement déjà fait ses preuves au niveau national (5eà Saverne) et peut rééditer pareille performance. Antoine Prodhomme (dans les 15?) et les autres évolueront en deuxième rideau.

DAMES.
CAMILLE EST DE RETOUR. Exilée dans les Pays-de-Loire depuis deux saisons (avec deux titres régionaux à la clé), la Costarmoricaine Camille Darcel espère intégrer «le club des cinq» à Lanarvily. L'objectif est à sa portée: l'ancienne championne de Bretagne s'est classée 5ede la finale du Challenge national à Saint-Jean-de-Monts. La nouvelle, Pauline Melaye, doit «rentrer» dans les dix, dimanche.

CADETTES.
DEUX CHANCES SUR TROIS. Deux petites Bretonnes pourraient figurer sur le premier des six podiums du week-end: respectivement 4eet 5edu Challenge national, la Finistérienne Maëva Calvez et la Costarmoricaine Anaïs Grimault ont toutes deux les moyens de grappiller deux ou trois places à domicile. A elles de jouer!

  • Philippe Priser

 

Matthieu Boulo. L'amour du maillot

Matthieu Boulo sera le Breton le plus attendu, le week-end prochain, à Lanarvily. Le plus en danger, aussi. Champion de France sortant et grandissime favori de la catégorie espoirs, le Morbihannais sait qu'il n'aura pas le droit à l'erreur dans le Mingant.

Il a choisi de défendre son titre. Longtemps partagé entre l'envie d'aller défier les élites le dimanche et l'opportunité de décrocher un deuxième maillot bleu-blanc-rouge le samedi, Matthieu Boulo a finalement opté pour la deuxième solution. Et ce n'est certainement pas celle de la facilité: là où le jeune Morbihannais n'aurait eu rien à perdre face à Francis Mourey, Steve Chainel et tous les autres, le n°1 Français de la catégorie courra sans filet devant les moins de 23 ans. S'il gagne, tout le monde trouvera ça normal; s'il est battu, la défaite sera d'autant plus difficile à accepter.

Motivé à 200 %

Matthieu Boulo, c'est plutôt courageux de sa part, a pourtant voulu mettre les compteurs à zéro chez les espoirs. «Pierre-Yves Chatelon (l'entraîneur des équipes de France) m'a laissé choisir et, après réflexion, j'ai décidé de défendre mon titre. Un maillot, ça reste un maillot et si je peux en gagner un autre... Je suis motivé à 200% pour aller le chercher», explique le champion de Bretagne élites (pour le coup, il était surclassé à Plouay), sachant qu'il devra évidemment supporter toute la pression du championnat de France - qui plus est, en Bretagne - samedi après-midi. Mentalement, il s'y est préparé. «Pour l'instant, j'évite de penser à Lanarvily. Je vais d'ailleurs essayer d'y penser le plus tard possible, genre vendredi soir. Je ne tiens pas à me faire de films avant la course, ça ne sert à rien. On verra ça le jourJ», ajoute-t-il.

3e à Zolder en Coupe du monde

Matthieu Boulo, après tout, n'a aucune raison de se prendre la tête: à 21 ans, il rivalise parfois avec les meilleurs élites tricolores (3eà Saverne derrière Chainel et Mourey), il n'a surtout jamais semblé aussi costaud et il a préparé son affaire comme jamais. Entre Noël et le premier de l'An, le protégé de Cyrille Guimard a ainsi enquillé les «cross» en Belgique (laMecque de la discipline) de Zolder (3een Coupe du monde) à Baal (10e), en passant par Loenhout (14e), Diegem (8e), Breden (10eavec les élites) avant de terminer à Béthune (2ederrière Florian Le Corre), dimanche. «J'avais déjà enchaîné les épreuves l'an passé et ça m'avait plutôt réussi. Finalement, c'était un peu comme si je faisais une course par étapes sur la route. Plus ça allait, meilleure était ma forme, donc vivement ce week-end!»

  • Philippe Priser